Genealogie | Artiste | Peinture | Sculpture | Musique | Litterature | Artisanat
MENU
INFORMATIONS
PARTENAIRES
 

Désiré François Laugée

Biographie Généalogie Photographie(s) Oeuvre(s)

Peinture : La récolte des oeillettes en Picardie

La récolte des oeillettes en Picardie
La récolte des oeillettes en Picardie

Désiré François Laugée
La récolte des oeillettes en Picardie

Format : 130.8 x 215.7 cm
Technique : Huile
Support : Toile
Sujet : Scène champêtre de groupe
Localisation : Musee-des-Beaux-Arts-de-Bordeaux
Date : 1860 - Lieu : Salon-des-Artistes-Francais

La récolte des oeillettes en Picardie par Désiré François Laugée

La recolte des oeillettes en Picardie Desire Francois Laugee peintre poete peintres et sculpteurs

La récolte Cueillette des oeillettes en Picardie : Peinture réaliste de Désiré François Laugée, inspirée de la vie paysanne de la région de Nauroy et de Saint Quentin. 132 x 215 cm. Le paysage picard avec ses grands horizons et ses ciels pastels reçoit un groupe de paysans pour la cueillette des pavots. Il y a comme une résignation à faire ces travaux pénibles et répétitifs de la part des personnages mais en même temps une solidarité dans le travail des générations. Propriété de la commune de Bordeaux. Conservée au Musée des Beaux Arts de Bordeaux. Oeuvre exposée au Salon des Artistes Vivants de 1861. Ce tableau a obtenu une Médaille de Première classe. Exposé au Salon de Dijon de 1887.

Dans le Feuilleton de Rouen du 19 juin 1861, on trouve la critique suivante sur le Salon de 1861 : « Dans la récolte des oeillettes en Picardie, il est soir, et l’air est encore tout embrasé de cette poussière lumineuse qui flotte sur la campagne après les chaudes journées d’été. La terre est presque dénudée, et les pavots liés par bottes dressent de place en place leurs faisceaux, tandis que quelques femmes arrachent encore les rares tiges oubliées ; tout est calme dans cette composition sereine ; tout respire le travail et la joie de la tâche accomplie. »

Dans le Feuilleton du Moniteur du 2 juillet 1861, Théophile Gautier commente ainsi ce tableau : « Sans imiter M. Breton, M. Laugée se rattache à ce cycle de peinture rurale où tourne aujourd’hui tant d’artistes ; il a exposé une Récolte des oeillettes en Picardie, d’une poésie rustique qui n’est pas sans charme. Des femmes, des jeunes filles, des enfants lient en bottes des tiges d’oeillettes sur un champ d’une tonalité violâtre assez harmonieuse, quoique un peu triste ; il y a de la grâce dans les poses de ces humbles travailleuses ; leurs types, sans trop d’idéalisation, ont de la pureté, et trahissent chez Monsieur Laugée la main d’un ancien peintre d’histoire retiré à la campagne. »

Dans la brochure sur le Salon de 1861, Librairie Nouvelle à Paris, Maxime Du Camp commente ainsi ce tableau : « Monsieur Laugée suit aussi une marche ascendante, et, dans La Récolte des oeillettes, je vois des qualités de composition, de faire, de transparence d’atmosphère qui sont remarquables et qui prouvent que le peintre poursuit un idéal supérieur qu’il entrevoit devant lui et auquel il s’efforce d’arriver par le travail et la persistance. Ceux qui rêvent l’égalité de l’homme et de la femme peuvent, en contemplant le tableau de Monsieur Laugée, se convaincre que, pour les dures besognes de la campagne, la femme est l’égale de l’homme. Ceux sont des femmes, en effet, qui ont cueilli les oeillettes, qui les ont réunies en lourdes gerbes ; depuis l’aurore jusqu’au crépuscule, elles sont aux champs, au hasard du soleil et de la pluie ; le soir, elles rentreront à la maison, rapportant sur la tête la récolte de la journée ; avant d’aller se coucher, il faudra faire la soupe aux hommes, être même un peu battue en cas de dispute, se relever la nuit pour bercer l’enfant qui pleure, pour courir peut-être en hâte rentrer le grain, si l’orage éclate, et, le lendemain, au premier chant du coq, être debout pour recommencer. Il y a tout cela dans la composition de Monsieur Laugée ; elle est sévère, un triste et comme résignée. Le peintre ne peint pas au hasard, il ne cherche pas uniquement des agencements de lignes et des cliquetis de couleurs, il cherche à exprimer quelque chose, et nous savons depuis longtemps qu’il y réussit presque toujours. Sa Récolte des oeillettes est une bonne toile, peinte avec une fermeté qui n’a rien de dur, et, des trois tableaux qu’expose Monsieur Laugée, c’est celui-ci que nous préférons. »

M. Laugée a choisi les œillettes, mais M. Laugée est un mondain qui arrive aux champs tout parfumé des élégances de la ville. Il lui faudra chausser les sabots du réalisme s'il persiste à peindre les paysans, et il aurait tort d'y renoncer, car il a mis beaucoup de sentiment dans le groupe de femmes intitulé la Lettre, et, dans la Récolte des œillettes, une poésie vraie, malgré la distinction qui l'endimanche. Récompenses accordées à la suite du salon de 1861 : Médaille de Première classe : Laugée. Léon Lagrange - Salon de 1861 - Gazette des Beaux-Arts, Courrier Européen de l'Art et de la Curiosité, 1861, Paris.

 

Retrouvez cette oeuvre sur Desire Laugee.

Peintres et Sculpteurs

[Haut de la page]

 
© Peintres-et-Sculpteurs.com - Paris-Brest.com

Conformément à la loi informatique et libertés du 06/01/1978 (art.38 et suivants), vous disposez d'un droit d'accès, de radiation et de rectification des données vous concernant sur simple demande écrite à cette adresse