Genealogie | Artiste | Peinture | Sculpture | Musique | Litterature | Artisanat
MENU
INFORMATIONS
PARTENAIRES
 

Jean Emile Jouan

Biographie Généalogie

Jean Emile Jouan : biographie

Jean Emile Jouan
Jean Emile Jouan

Jean Emile Jouan

Né(e) le : 1858-10-17 à Saint-Didier-des-Bois
Décédé(e) le : 1932-07-24 à Elboeuf
Marié(e) le : 1881-09-23 à Saint-Pierre-les-Elboeuf
Metier(s) : Tisserand


Metier(s) - Tisserand
Prenom(s) - Emile Jean
Famille - Jouan.

Jean Emile Jouan Peintures et sculptures dessin et musique

Jean Emile Jouan voit le jour le dimanche 17 octobre 1858 à 9h à Saint-Didier-des-Bois (27370). Sont présents : Victor Drugeon (Présent), François Coiffin (Présent). Il est le fils légitime de Pierre Louis Auguste Jouan, tisserand, âgé de 30 ans et de Marie Ursule Cure, Tisseuse en drap, âgée de 27 ans.

Jean Emile Jouan sera Tisseur.

Il épouse Marie Augustine Picard, Tisserande, la fille légitime de parents non connus. Ils se marient le vendredi 23 septembre 1881 à 20h à Saint-Pierre-les-Elbeufs. Un certificat de satisfaction à la loi de recrutement du futur, son état de dispense du service, à titre de soutient de la famille, ayant été constaté sur la présentation de son livret de soldat. Sont présents : Léon Vautier (Présent) Oncle de l'épouse, Pierre Louis Vautier (Présent) Aïeul et voisin de l'épouse, Jules Gustave Vautier (Présent) Oncle de l'épouse, Lexia Bazire (Présent) Beau-frère et voisin de l'époux. Ce couple aura un enfant :

Le 21 novembre 1881 naît son fils Emile Auguste Jouan. Jean Emile Jouan est âgé de 23 ans.

Son père Pierre Louis Auguste Jouan meurt après 1902, Jean Emile Jouan est âgé de 43 ans au moins.

Jean Emile Jouan et Marie Augustine Picard divorcent le 20 février 1902 à Rouen.
Par jugement en date du 20/02/1902 rendu par le Tribunal Civil de Première Instance de Rouen, le divorce entre les époux JOUAN a été prononcé en faveur de l'épouse.
La transcription en a été faite sous le numéro 89 du registre de l'armée à la date du 01/07/1902.

Le Tribunal ayant délibéré conformément à la loi, Monsieur le Président a prononcé publiquement le jugement suivant:

MOTIFS:

Attendu qu'il résulte des renseignements produits au Tribunal, que Jouan est d'un caractère jaloux, violent et brutal, s'adonnant à la boisson et se livrant à l' inconduite; qu'il passait la plus grande partie de son temps au café et rentrait fréquemment au domicile conjugual échauffé par la boisson.
Qu'enfin, il fréquentait des femmes de mauvaise vie et découchait souvent, notamment depuis un an, époque à laquelle il a fait la connaissance d'une femme P, l'une de ses voisines.
Qu'enfin, depuis le mois de juin dernier, il a quitté le domicile conjugual et abandonné femme et enfants, pour aller vivre maritalement avec la femme P.
Attendu que ces faits sont suffisants pour accueillir la demande en divorce de la dame Jouan.
Attendu que Jouan, bien que régulièrement assigné, n'a pas constitué avoué.
Par ces motifs, le Tribunal, Monsieur l' Avocat de la République entendu en ses conclusions orales:
- Jugeant en matière ordinaire et en premier ressort, donne défaut contre Jouan, faute par lui d'avoir constitué avoué.
- Et pour le profit: prononce le divorce entre les époux Jouan au profit de la femme, avec toutes suites et effets de droit.
- Révoque pour cause d'ingratitude, toutes donations et avantages quelconques que la dame Jouan aurait pu consentir à son mari par n'importe quel acte.
- Renvoie les parties à se pourvoir ainsi qu'elles aviseront, pour la liquidation de leurs droits et reprises.
- Confie aux soins et à la garde de la demanderesse les deux enfants issus du mariage.
- Ordonne la transcription du présent jugement sur les registres de l' Etat Civil de la commune de Saint-Pierre-les-Elbeuf, lien de la célébration du mariage et que mention en sera faite en marge de l'acte de mariage des époux Jouan du vingt-trois septembre 1881.
- Condamne Jouan à faire et servir à sa femme une pension alimentaire de trentes francs par mois, payable d'avance à compter du jour de la demande, au domicile de la demanderesse, pour lui permettre de subvenir à ses besoins et à ceux de ses enfants.
- Le condamne en outre aux dépens, à recouvrer par le Trésor comme en matière d' Assistance judiciaire, comme l'huissier désigné par l'assistance judiciaire pour signifié le présent jugement au défaillant.

Le 13 janvier 1911 son fils Emile Auguste Jouan meurt, Jean Emile Jouan est âgé de 52 ans.

Jean Emile Jouan est décédé le dimanche 24 juillet 1932, à l'âge de 73 ans, à Elbeuf (76500). Est présent : Louis Petel (Déclarant).

Peintres et Sculpteurs

[Haut de la page]

 
© Peintres-et-Sculpteurs.com - Paris-Brest.com

Conformément à la loi informatique et libertés du 06/01/1978 (art.38 et suivants), vous disposez d'un droit d'accès, de radiation et de rectification des données vous concernant sur simple demande écrite à cette adresse