Genealogie | Artiste | Peinture | Sculpture | Musique | Litterature | Artisanat
MENU
INFORMATIONS
PARTENAIRES
 

Ecole de Barbizon

L’ Ecole de Barbizon est l’école des arbres. Ce n’est pas un enseignement maître/élève, mais un contact direct avec la nature. Une génération après Corot, ils forment une fraternité et refusent de se soumettre à la dictature de l'Académie des Beaux-Arts (illustrée par des peintres comme Bouguereau, Gérôme, Cabanel).

Ces peintres (Millet, Théodore Rousseau, Diaz de la Pena) chassés de Paris par l'épidémie de choléra et la révolution de 1848, s'installèrent à la campagne, dans les auberges sordides mais bon marché de la région (Ganne à Barbizon, Lion d'Or à Chailly, ou encore Bourron-Marlotte). Jamais un groupe n’a rassemblé autant de peintres en un même lieu depuis la Renaissance.

Ils furent les premiers à se consacrer aux lumières, aux sous-bois, à la vie quotidienne des paysans. Certains peignaient les sous-bois de la Forêt de Fontainebleau (Diaz), la vie des fermes et des champs des alentours, le bétail (Ch. Jacques, Troyon, Rosa Bonheur) les paysans au travail (Millet), mais tous ont étudié le paysage et ont fait leurs premières esquisses en plein-air.

S’ils s’inspirent de la peinture hollandaise et des anglais (Bonington, Turner, Constable), ils abordent des thèmes nouveaux, comme l’est leur regard neuf sur la nature. Le paysage est peint sur le motif. Et peint très vite. 3 coups de pinceau valent mieux que 2 ans dans l'atelier. On mêle huile, aquarelle et pastel pour rendre les vibrations à travers les feuillages. On choisit des empâtements violents de couleurs (ils peignent "au jus de pruneau") pour rendre éclat de la lumière dans les clairières.

Leur dessin est moins précis, mais la vérité du geste est là. Nous voyons de vrais paysans au travail et non les paysans, idéalisés en atelier, des peintres académiques. Leur nature n’est pas au repos (reste de romantisme) On y voit des orages, du vent, des nuages agités. Seuls, les impressionnistes représenteront l'instant, le fugitif, ce qui ne dure pas.

De 183O - 186O, on les appela les Fils de la Lumière. Ils furent relayés par la génération impressionniste.

Bazille, Monet, Renoir, Sisley (le 1° à fréquenter la forêt de Fontainebleau), séjournèrent à leur tour dans le village.

Puis vinrent les Romantiques (Murger, George Sand, Chopin, les frères Goncourt, Musset, Stevenson)...

DLJ.

 
© Peintres-et-Sculpteurs.com - Paris-Brest.com

Conformément à la loi informatique et libertés du 06/01/1978 (art.38 et suivants), vous disposez d'un droit d'accès, de radiation et de rectification des données vous concernant sur simple demande écrite à cette adresse