Genealogie | Artiste | Peinture | Sculpture | Musique | Litterature | Artisanat
MENU
INFORMATIONS
PARTENAIRES
 

Impressionnisme

Au début du XIX° siècle, la peinture française connaissait la révolution romantique (Géricault, Delacroix), puis la révolution réaliste (Courbet, Millet) et naturaliste des peintres de l'Ecole de Barbizon (Daubigny, Rousseau, Millet, Troyon, Corot).

Sous l'influence des paysagistes anglais Bonington, Constable, Turner, le paysage allait devenir un genre à part entière dans la peinture française (Corot en sera le représentant le plus illustre). Courbet, Corot et Delacroix, représentent alors l'avant-garde de la peinture française et vont constituer les modèles dont les impressionnistes s'inspirent à leurs débuts. Citons aussi les Rencontres de Saint-Siméon à Honfleur ( Boudin, Jongkind, Dubourg... ) que le jeune Monet fréquentait, et la découverte des estampes Japonaises (Utamaro, Hiroshigé, etc).

Le règne de Napoléon III, marque une rupture dans l'histoire artistique, entre d'un côté un art officiel ou art académique affadi (le style "pompier") représenté par Meissonnier, Cabanel, Gérôme et Bouguereau, et de l'autre un art indépendant ("Indépendants", Intransigeants", "Groupe des Batignolles", puis "Impressionnistes" : Bazille, Caillebotte, Manet, Monet, Pissarro, Renoir, Berthe Morizot, Sisley, Degas, Van Gogh pour un temps), en quête de sites nouveaux : Barbizon, Chailly en Bière, Argenteuil, Bougival, Moret sur Loing, Giverny, la Normandie, l'estuaire et les bords de Seine, Rouen, Le Havre, Honfleur, Sainte-Adresse.

Ces peintres travaillent sur le motif et introduisent, grâce à l'utilisation des premiers tubes de couleur, de nouveaux procédés picturaux : l'utilisation de tons clairs, de couleurs pures, la division des tons (un orange est la juxtaposition de 2 couleurs pures, le rouge et le jaune) pressenties bien avant les découvertes du physicien Chevreul, l'obtention de la forme et du volume par les touches et les couleurs au lieu du dessin-contour, l'utilisation de l'épaisseur, des aplats de couleur...

Délaissant les sujets historiques ou mythologiques, et la dictature de l'Académie des Beaux-Arts, les impressionnistes sont un groupe qui renouvèle les thèmes de la peinture. Ils rendent compte du monde contemporain, de la modernité chère à Baudelaire. Ils cherchent ces thèmes tant dans la nature que dans leur vécu quotidien, chacun développant sa propre thématique. Pour eux, un sujet en vaut un autre. Ce qui compte, ce n'est plus le sujet mais la vision de l'objet dans la lumière qui le baigne et la recherche picturale de celui qui peint. L'exécution d'un tableau est rapide, proche de l'esquisse. Il s'agit d'une impression fugitive, introduisant la représentation de l'éphémère, de la « liquide limpidité de la lumière » selon Marcel Proust.

En 1886, année de leur dernière exposition commune à Paris et de leur première exposition aux USA, réalisée avec succès par le fidèle marchand d'art Durand-Ruel, les impressionnistes ont atteint leur but et sont enfin reconnus. Mais, à leur époque, leurs oeuvres apparurent d'une modernité tellement scandaleuse, qu'il fallut plus de trente ans à leurs contemporains pour, sinon les aimer, au moins les admettre.

DLJ.

 
© Peintres-et-Sculpteurs.com - Paris-Brest.com

Conformément à la loi informatique et libertés du 06/01/1978 (art.38 et suivants), vous disposez d'un droit d'accès, de radiation et de rectification des données vous concernant sur simple demande écrite à cette adresse