Genealogie | Artiste | Peinture | Sculpture | Musique | Litterature | Artisanat
MENU
INFORMATIONS
PARTENAIRES
 

Désiré François Laugée

Biographie Généalogie Photographie(s) Oeuvre(s)

Peinture : Le goûter des cueillettes d’oeillettes

Le goûter des cueillettes d’oeillettes
Le goûter des cueillettes d’oeillettes

Désiré François Laugée
Le goûter des cueillettes d’oeillettes


Technique : Huile
Support : Toile
Sujet : Vue champêtre de la Picardie
Localisation : Musee-d-Orsay-Paris
Date : 1859 - Lieu : Salon-de-Saint-Quentin

Le goûter des cueillettes d’oeillettes par Désiré François Laugée

Le goûter des cueillettes d’oeillettes Desire Francois Laugee peintre poete peintres et sculpteurs

Le goûter des cueillettes d’oeillets : Peinture de Désiré François Laugée. Huile sur toile. Présenté au Salon de Saint-Quentin de 1859 et au Salon des artistes Vivants de 1859. Musée d’Orsay à Paris. On reconnaît bien la campagne picarde avec ses grands horizons et ses ciels pastels. On est proche de l’Ecole de Barbizon avec la quelle l’auteur était très liée sans pour autant en faire partie.

Dans le Feuilleton de la Presse du 7 juillet 1859, Paul de Saint-Victor commente ainsi ce tableau : « Le goûter de cueillettes d’œillets offre des qualités d’observation sagace et sincère. Une vieille femme et une jeune fille font, au pied d’une meule, leur repas frugal. Elles mangent lentement, longuement, avec ce recueillement animal particuliers aux appétits campagnards. Ce groupe si bien posé, se détache sur une plaine colorée d’une fine fleur de ton. »

Dans le Feuilleton de la Presse du 7 juillet 1859, Théophile Gautier commente ainsi ce tableau : « Assises auprès d’un tas d’oeillettes dressées en gerbes, au milieu d’un champ à demi dépouillé, une femme âgée et une jeune fille mangent, on pourrait presque dire broutent, avec la placidité animale ordinaires aux paysans, qui mettent tant de lenteur à prendre leur nourriture ; maigre est leur pitance ; un morceau de pain bis tout sec.
D’autres femmes, à divers plans, arrachent les tiges ; -- le paysage, dont la ligne horizontale n’est coupée que par quelques plantes encore debout, a une fermeté douce et une lumière tranquille en harmonie avec le caractère simple de cette petite scène rurale. – Au premier aspect, on dirait une toile de Monsieur Breton, tant Monsieur Laugée s’est assimilé la manière de son prototype. Mais, ne croyez à une imitation inférieure, Monsieur Laugée a autant de talent que Monsieur Breton ; il dessine même mieux, grâce aux études qu’il a faites pour l’histoire. – Seulement il a été vivement frappé, et il reproduit, involontairement sans doute, l’objet de son admiration. »

Dans l'Art de la rue et l'Art au Salon, E. de B. de Lepinois écrit : Louer M. Breton, élève de Drolling, ce n est pas blâmer M. Laugée, élève de Picot. Inspirés par le même ciel, par la même nature, par le même sentiment du vrai, ces deux artistes se sont rencontrés dans une similitude d'exécution d'autant plus heureuse qu'elle ne résulte pas d un procédé d'école mutuelle. Le déjeuner des cueilleuses d'œillettes est à coup sûr une très bonne page et dont j'ai signalé à l'avance toutes les qualités en parlant des peintures de M. Breton. Seulement je n'aperçois pas en quoi le déjeuner des cueilleuses d'œillettes diffère de celui des autres paysannes du canton, et quel intérêt puissant s attache à l'ordinaire du matin de ces pauvres femmes. Peut-être M. Laugée eût-il mieux fait de peindre ses Picardes en plein exercice de leurs fonctions de cueilleuses ; mais il ne faut pas chicaner un peintre sur les sujets de son choix.E. de B. de Lepinois - L'Art dans la Rue et l'Art au Salon. 1859, Paris.

Henry Fouquier dans Etudes artistiques, Lettres sur le Salon de 1859, commente ce tableau : Quand il a travaillé tout le matin, le paysan se repose quelques. heures sous le soleil de midi. M. Laugée a choisi ce moment. Les Cueilleuses d'œillettes picardes goûtent étendues. Qu'elles seraient belles si la fatigue et le travail ne les avaient brisées! On sent trop qu'à trente ans ce ne seront plus des femmes, mais bien de pauvres êtres sans sexe, aux mains rudes, au corps déformé.

Dans la Revue Germanique, Charles Dollfus présente la tableau ainsi : M. Laugée a montré une profonde intuition de la poésie des champs dans Le Goûter des cueilleuses d'œillettes, paysannes de Picardie. La campagne s'étend au loin en grandes lignes magistrales : c'est large et simple d'effet. Une femme, le dos tourné, arrange une gerbe; très-réussie par l'attitude et la couleur de ses vêtements, qui est d'un heureux effet pour réveiller le ton un peu froid de l'ensemble. Elle occupe le second plan. Au premier, deux paysannes assises; la plus jeune, vue de profil, porte lentement à la bouche, qui n'en veut guère, un morceau de pain noir. Son visage triste serre le cœur. Il y a là, tant nul doute, quelque peine secrète et résignée. On se rappelle involontairement, à son aspect, les vers du poète allemand : « Qui n'a mangé son pain avec des larmes, qui n'a passé ses nuits pleines de tristesse, assis sur son lit et pleurant, celui-là ne vous connaît pas, terribles puissances du sort! »

Retrouvez cette oeuvre sur Desire Laugee.

Peintres et Sculpteurs

[Haut de la page]

 
© Peintres-et-Sculpteurs.com - Paris-Brest.com

Conformément à la loi informatique et libertés du 06/01/1978 (art.38 et suivants), vous disposez d'un droit d'accès, de radiation et de rectification des données vous concernant sur simple demande écrite à cette adresse