Genealogie | Artiste | Peinture | Sculpture | Musique | Litterature | Artisanat
MENU
INFORMATIONS
PARTENAIRES
 

Jean Baptiste Malézieux

Biographie Généalogie Photographie(s) Oeuvre(s)

Jean Baptiste Malézieux : biographie

Jean Baptiste Malézieux
Jean Baptiste Malézieux

Jean Baptiste Malézieux
Patiot

Né(e) le : 1818-09-10 à Nauroy
Décédé(e) le : 1906-10-18 à Nauroy
Marié(e) le : 1846-02-18 à Passy
Metier(s) : Peintre


Metier(s) - Peintre
Prenom(s) - Jean-Baptiste
Famille - Malezieux.

Jean-Baptiste Malezieux dit Patiot Peintre et sculpteurs peinture sculpture

Jean-Baptiste Malézieux dit « Patiot » (30 septembre 1818 à Nauroy – 13 octobre 1906 à Nauroy), est le fils de Jean-Baptiste Malézieux dit « Pazieux » et de Clotilde Eléonore Fontaine ( 01 janvier 1800 Nauroy -21 août 1857 Nauroy) mariés à Nauroy le 14 avril 1818.

Il est l’aîné de huit enfants. Il exerce la profession d'artiste peintre.

Le 18 février 1846 à Passy, Paris XVIème, il s’unit à Virginie Eulalie Laugée (qui décède le 14 janvier 1854 à Nauroy).
Virginie Eulalie Laugée est la dernière des enfants Laugée. Son frère ainé Désiré François Laugée épouse et Célestine Marie Malézieux, une sœur de Patiot ; la fille ainée, Caroline Laugée épouse le frère cadet de Patiot Joachim Pierre Joseph Malézieux. Enfin sa dernière sœur Clotilde Malézieux épouse le peintre animalier Philibert Léon Couturier.

Avec son épouse, il donne le jour à six enfants :
- En 1847 naissent à Paris 15 rue de l’Oratoire deux jumeaux : Jean-Baptiste Georges Joseph Malézieux qui décède le 29 mars 1851, et Marie Eulalie Eléonore Malézieux qui décède qui décède le 1er juin 1847 à Paris.
- Le 30/05/1849 naissent à Saint-Quentin deux jumeaux : Maximilien Désiré Jean-Baptiste Malézieux. Il épouse Marie Julia Vaquette à Nauroy le 19 février 1876. Et Marie Eulalie Eléonore Malézieux ( elle récupère les prénoms de sa grande sœur décédée !!) qui épouse Louis Charles Vieu le 10 janvier 1881 à Paris XVIème. Tous deux seront écrivains, lui sous le nom de Robert Halt, elle sous le nom de Marie Robert Halt.
- Le 10 avril 1852 naît à Saint-Quentin Jean-Baptiste Georges Joseph Malézieux ( qui récupère les prénoms de son frère aîné décédé !!) qui épouse en premières noces Louise Sophie Waguet le 10 avril 1883 à Saint-Quentin.
- Le 25 décembre 1853 naissent à Saint-Quentin deux jumeaux : Paul Lucien Jean-Baptiste Malézieux qui épouse à Paris XVIIIème Marie Dupuy ; et Virginie Lucie Clotilde Malézieux.

Avec son père Jean-Baptiste Malézieux dit « Pazieux » commence une grande lignée de peintres, de poètes, de musiciens, d’architectes et de sculpteurs dans cette grande famille Malézieux dont les origines remontent actuellement à 1520 avec Matthieu Malézieux de la Seigneurie de Nauroy.

Très original, possédant une forte personnalité, il est artiste peintre, diplômé des beaux arts de Saint Quentin avec « le prix de supériorité » la plus haute récompense en 1832, puis de Paris. Il participe à la décoration des églises Saint-Sulpice et Sainte Clotilde avec son beau-frère Désiré François Laugée. Très proche de l’Ecole de Barbizon, il est l’ami de François Millet, partageant avec lui des idées socialisantes et humanistes. Il est aussi très influencé par la peinture de Gustave Courbet sans pour autant le suivre dans son activisme politique.
Philosophe, certainement Franc-Maçon, il est très exigeant dans son travail de peintre, il détruira nombre de ses œuvres qu’il jugeait sans valeur picturale. Modeste, il n’a jamais cherché à se vendre ni à mettre en valeur ses qualités professionnelles.

Parmi ses originalités, il y a celle de se déguiser en empereur romain et de se promener en toge dans les rues de Nauroy et qui vient sans doute du fait que pour des raisons professionnelles, son père, ingénieur des Ponts et Chaussées, quitte Nauroy pendant quelques temps pour s’installer à Boukincamp, hameau dépendant de la commune d'Etaves-et-Bocquiaux où naissent sa fille Célestine Marie Malézieux, ses fils Georges Claude Malézieux et Charles Aimable Malézieux et Aisonville-et-Bernoville où naît son fils Jules Maximilien Malézieux. Entre ces deux communes se trouve le hameau de Boukincamp qui tient son nom d’un ancien camp romain appelé Buccina Campus soit Le Camp des Trompettes. Patiot, sans doute impressionné dans son enfance par ce lieu et son nom va décider qu’il vient de Boukincamp ou Bougincamp. Dans de nombreux dessins humoristiques de fin de fête familiale, il se représente en empereur romain monté sur un socle sur lequel est inscrit Bougincamp.

Avec sa fille Marie Robert Halt, il se rend en Russie et en garde un profond souvenir qui influence une grande partie de sa production artistique. Il aime se représenter en Russe et s’habiller de la même façon.

Le 18 octobre 1906, à 88 ans il meurt à Nauroy, ville dont le Maire organisa une exposition de ses œuvres en octobre 1982. A cette occasion, une rue Jean-Baptiste Malézieux était inaugurée à Nauroy en présence de son arrière petit fils Raymond Malézieux.

Patiot est enterré dans le cimetière de Nauroy. Il n’y a pas de monument funéraire mais une friche avec quelques grosses pierres. Aucun nom permet d’identifier sa tombe.

Documents Annexes

Peintres et Sculpteurs

[Haut de la page]

 
© Peintres-et-Sculpteurs.com - Paris-Brest.com

Conformément à la loi informatique et libertés du 06/01/1978 (art.38 et suivants), vous disposez d'un droit d'accès, de radiation et de rectification des données vous concernant sur simple demande écrite à cette adresse